Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 Feb

Les chats noirs en Namibie : du Spitzkoppe à Swakop'

Publié par Cyril et Nancy  - Catégories :  #Namibie 2012

 

MG 0721

 

 

Nouvelle très chaude nuit (amplitude thermique du désert entre le jour et la nuit mon oeil...), et l'incontournable pause pipi nocturne (qui nécessite dans ces contrées sauvages une vérification anti scorpion - serpent- ou tout autre bête sauvage à la frontale avant de soulager sa vessie) sous le ciel incroyablement étoilé . Réveil très matinal (en même temps on s'est couché à même pas 21h00) à cause d'un bourdonnement incessant au dessus de la tête : avec notre loose, on doit avoir mis la tente juste sous une ruche... Heureusement, ce sont juste des abeilles qui butinent avec beaucoup d'énergie les fleurs d''acacia sous lequel nous avons planté notre tente, et elle continuent leur travail sans se soucier le moins du monde de nous alors que nous admirons le lever de soleil un petit jus de fruit à la main. Le site est toujours aussi splendide, et nous prenons notre petit dej' typique de l'afrique austral  : roiboos et rusks (enfin typique des des blancs, car les noirs ne peuvent souvent se permettre que du porridge de maîs, quand ils ont de quoi manger...). 

Sans nous presser, nous replions quand même le camp sans trop trainer (surtout que maintenant on est super organisés (tout a sa place dans la voiture, même la vaisselle sale !) histoire de profiter des quelques heures du matin encore relativement fraîches.

Alors que nous nous dirigeons vers le fameux "bushman paradise" (groupe de peinture rupestres), nous apercevons nos premiers damans des rochers et même une mangouste noire qui crapahute sur les rochers. Nous sommes seuls pour profter de cette agitation animale matinale, pour notre plus grand plaisir. "Bushman paradise" est une cuvette de verdure en hauteur dans les rochers, qui offrait un abri naturel et peut être un peu d'eau aux nomades San d'une autre époque...Elle est accessible après une grimpette si raide qu'il faut s'aider d'une chaîne métallique. En chemin, déjà bien hauts, nous prenons l'incontournable photo débile mais tellement drôle que tant d'autres ont du faire avant nous (cf album photo), ce qui nous donne une occasion de faire une pause et de reprendre notre souffle (et oui, moi et l'exercice au saut du lit...). En haut, nous sommes toujours seuls, et même si les peintures ont été très dégradées par des débiles qui ont jeté pendant des années du liquide sur la paroi pour faire ressortir les dessins, je suis assez émue de penser à ces nomades qui sont passés par là il y a si longtemps, sans le 100ème du confort que nous avons aujourd'hui pour découvrir cet endroit magnifique.

Le 2ème point d'intérêt est une arche, située un peu plus loin dans le parc, que j'essaye d'immortaliser au retardateur (pour avoir Cyril ET MOI, pour une fois, sion on va penser que cyril passe ses vacances tout seul!). Il nous faut de multiple essais car j'ai beau escalader la roche le plus vite possible, j'arrive toujours 1 seconde trop tard, ce qui me vaut bonne suée, et de sacrés fou-rires... Finalement c'est Cyril qui s'y colle, et ses grandes jambes nous font gagner la seconde capitale! En redescendant, Cyril aperçoit tout un groupe de damans des rochers (ça ressemble un peu à un croisement entre une marmotte, un capibara et un wombat...) qui se prélassent à l'ombre et dans les fissures, quand ils ne font pas des bonds gigantesques à notre approche. Autant dire que je suis comblée!

Avant de partir (il est déjà presque 10h et nous devons être à Swakoppmund avant 12 ou 13h pour organiser nos activités sur place, car tout semble fermer à 13h00), petit arrêt express au "small bushman paradise" qui est accessible quasiment depuis la voiture, et où les peintures sont un peu mieux préservées

 

30km de piste,  à nouveau, toujours qq troupeaux de chèvres qui traversent la route, et pour la première fois depuis pls jours : de la route goudronnée!!! Un long ruban d'asphalte se déroule sous nos roues pendant 120 km (on entend presque la voiture ronronner tellement elle est contente de ne plus s'user les pleus sur la caillasse!) et on arrive à l'arrache tous poussiéreux, les cheveux tellement sales que je n'ose retire ma casquette, et odorants faute de douche depuis 48h... Le choc du retour à la civilisation est violent : toutes ces voitures, tous ces magasins, et plus aucune chèvre ! On arrive à booker in extremis notre excursion du lendemain (et il faudra vendre notre corps pour la payer, vu le prix...) au i-namibia (office de tourisme) mais échouons lamentablement à changer les euros que nous trimbalons depuis le début. Ben oui, c'est comme chez nous, toutes les banques sont situées dans la même rue, et toute ferment à la même heure, c'est à dire il y a 1/2 heure... Reste à trouver un hébergement, et surtout une douche chaude, car la température à notablemment chuté et nous ne pouvons décemment pas aller manger comme ça...

 

 

Une fois requinqués par une douche et un petit pique nique, nous partons à l'assaut des quelques magasins qui ne sont pas encore fermés... Quelques achats dans nos supermarchés sudaf' préféré (Woolworths et fruit and veg' city) et nous sommes parés pour les jours à venir. Nous nous apercevons vite que nous sommes les seuls blancs, à la périphérie de la ville, à marcher avec des sacs de courses. Triste relent d'apartheid...

En chemin vers notre chambre (on a perdu 15 degrés de température, et on se croirait un peu au mois de novembre sur la côte atlantique, alors on a fait une exception et on s'est payé une chambre), nous nous arrêtons dans un des seuls cafés de la ville ouvert un samedi après midi, le café « anton », institution dans la ville. En effet, déco bavaroise kitsch, clientèle exclusivement blanche et moitié allemande, gâteaux type forêt noire énormes mais peu appétissants selon des critères français, et chocolats chauds à vous rendre diabétiques en 2 gorgés tellement ils sont  sucrés. Gastronomiquement à mon avis tout à fait douteux, mais une vraie expérience dans cette ville bizarroïde où semblent s'être retranchés une partie des allemands nostalgiques de la bonne vielle Namibie coloniale...

Le soir, nous profitons quand même de ce que la ville à offrir (en plus de qq magasins sympas et de nombreux activités) , à savoir de la bonne bière et des fruits de mer ! Ayant écartés les restos hors de prix et ceux à touriste, nous jetons notre dévolu sur le « Küchi's pub », pas très loin de notre lodge (desert sky lodge et backpacker). Là encore on est en pleine immersion bavaroise en plein cœur de l'afrique australe : nous sommes les seules personnes ne parlant pas allemand et quand nous commandons notre bières on nous amène d'office une pinte chacun (=1/2 L) ! Et comme le monde est petit, à la table d'ầ côté s'installent des allemands qui étaient assis tout près de nous au point d'eau d'Okaukejo à Etosha 5j plus tôt alors que nous avons parcouru tant de km depuis... Le plateau de fruits de mer est gargantuesque, avec 1 langouste chacun, 6 crevettes, des moules, des calamars frits, des huitres, du poisson, et des frites ! Un régal, et pour 45 euros à peine pour 2... Et pour, une fois, je réussi à m'arrêter à temps, histoire de ne pas faire mon incontournable indigestion !

 

 

pour les photos : http://www.photoshopshowcase.com/ViewFlashMedia.aspx?AID=369480&AT=3

ou link

 

Commenter cet article

Archives

À propos

blog de voyage et de notre vie à la Réunion