Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 Jan

Les chats noirs en Namibie : d'Etosha au grootberg (Hoada campsite)

Publié par Nancy  - Catégories :  #Namibie 2012

_MG_0442.jpg

 

Nuit encore très moyenne à cause de la chaleur et des groupes assez bruyants. A nouveau lever aux aurores pour replier le camp puis direction le point de vue sur le « pan », fameux lac asséché situé au centre du parc et très photogénique d'après les guides de voyage. Cependant, nous sommes un peu déçus en arrivant car c'est une immense étendu plate et grise sans beauté exceptionnelle et surtout dénuée de tout animal. J'arrive quand même à en tirer 2-3 photos sympa mais en exploitant la côté lunaire du lieu...

Nous repartons donc assez vite direction Rietfontein, sur le chemin duquel nous tombons, grâce à l'oeil de lynx de Cyril, sur une hyène qui traverse la savane en direction d'un point d'eau investi par un groupe de zèbres. Nous sommes aux anges quand elle traverse la route où nous nous trouvons et sommes morts de rire quand elle s'arrête et fait demi tour devant des zèbres bien plantés devant elle et pas du tout impressionnés ! Nous imaginons la pensée de la hyène : « finalement j'ai pas si soif que ça moi... »

Puis nous nous dirigeons vers un groupe de points d'eau réputés pour la présence de hyènes (salvadora, sueda et chatsaub), et en effet, au 3 ème nous en repérons une en bordure du « pan », qui vient boire avec le ventre bien rempli. Enceinte ou pleine de barbaque? Nous entendons au loin des cris que nous n'arrivons pas à identifier mais qui évoque un ou des carnivores. Le départ de la hyène signe le notre et nous repartons sur la route. Quelques centaines de mètres plus loin, les cris deviennent de plus en plus audibles et de plus en plus glauques : et pour cause, un groupe de 6 hyènes (dont celle que nous avons vu qq minutes plus tôt) se dirigent dans notre direction, tout à leur laideur et leur ventre plein elles aussi, donc probablement repues du festin de la veille... Elles marquent une courte pause puis passent sur la route juste devant notre voiture que nous avons judicieusement positionnée pour les photos (et oui, on devient des pros...). Bon d'accord on bloque un peu la route et la vue des voitures de derrière, mais c'est grâce à nous qu'ils veront les hyènes de près alors... Ces bêtes difformes et assez "creepy" grimpent sur une petite crête au bord de la route, un peu gênées par notre présence sans être traumatisées outre mesure. Décidemment, nous sommes vraiment chanceux depuis notre arrivée à Etosha !

 

Nous repartons du parc fatigués mais comblés, notamment par la faible densité de visiteurs comparé aux parcs sud africains.

Sur les pistes qui nous mènent à Kamandjab, nous croisons encore qq animaux (girafes, koudous et phacochères) qui broutent sur le bord de la route comme si de rien était, dans une région de fermiers allemands pur et durs (panneaux écrits uniquement en allemand). Il semble que les clotûres existent surtout pour rassurer les humains car les éléphants les défoncent, les antilopes (toutes confondues) les sautent, les phacochères passent dessous... Un exercice de gymnastique pour les girafes peut être, et encore...

Dernier ravitaillement à la supérette de Kamandjab où une femme Himba en tenue traditionnelle vient faire ses courses le plus naturellement du monde, toute enduite d'ocre, seins nus et une petite cape de fourrure sur les épaules ! Nous remplissons le réservoir dans ce dernier signe de civilisation avant d'entrer dans le Damaraland, où des km de pistes désertes nous attendent, et où une ville sur la carte correspond uniquement à pompe à essence où à une poignée de cases en tôle.

 

Les heures défilent alors que les ombres s'allongent, et les modestes indications glanées sur la route commencent à nous faire douter de l'existence du camping communautaire que nous cherchons. Et pourtant, alors que le paysage devient de plus en plus beau, que des plateaux rouges se dressent en arrière plan, nous découvrons un petit panneau sur le bord de la route : "Hoada campsite". C'est l'endroit dont nous avait parlé les français rencontrés à Etosha.

Nous nous dirigeons vers l'emplacement n°2 qu'on nous a conseillé, et alors que nous en tombons immédiatement amoureux, un homme se présentant comme le "manager" sort de nulle part (c'est beau l'Afrique...) et nous demande si nous avons réservé ! Stupeur, l'endroit est au milieu de nulle part, à peine connu des locaux ! En fait, ce gite jadis gérée par une communauté locale, et qui s'est déplacé suite à l'attaque de qq chevaux par des lions du désert ( pas très vendeur pour les touristes en effet...) a été repris par le Grootberg lodge à la grande joie de la communauté locale. Comme a Spitzkoppe, une entreprise privée remet l'endroit en état, obtient une concession de 10 ans, forme le personnel (local bien sûr) et est censé tout leur donner à la fin. Concept séduisant mais dans les faits il semble qu'en général tout ne se passe pas si bien, et que cette lune de miel tourne court... Il semble surtout que lorsque la communauté reprend la gérance, les rivalités internes et le manque de rigueur fassent capoter une affaire qui marchait bien... Espérons que ce ne sera pas le cas à Hoada, magnifique coin de paradis à l'acceuil chaleureux. 

 

Nous attendons donc, dans la fraicheur de la mini piscine avec vue imprenable sur les environs, de voir si des campeurs arrivent, même si le gentil manager nous autorisé à prendre une douche précoce avant et sautter un petit coin de sable où cas où les 3 sites seraient pleins... L'endroit est paradisiaque, loin de tout, avec son sable orange vif et ces installations confortables nichées au creux des rochers ... Nous ne voudrions jamais repartir ce de cet endroit, si ce n'était pour découvrir d'autre lieux peut être encore plus beaux.

 

Nous prenons l'apéro sur une petite table prévue à cette effet, le fameux "sundowner" toujours impeccablement placé avec une vue imprenable sur les environs et le coucher de soleil... 

Première douche à ciel ouvert et repas à la vraie belle étoile (pâtets carbonara aux champigons frais, miam), suivi d'une nuit réparatrice dans un calme olympien. "Hoada", en qq heures tu nous a définitivement charmés à jamais...

 

 

un nouveau format d'album photo pour changer un peu, mais toujours en ligne : http://www.photoshopshowcase.com/ViewFlashMedia.aspx?AID=367961&AT=3

 

ou si ça ne fonctionne pas : link

Commenter cet article

Archives

À propos

blog de voyage et de notre vie à la Réunion