Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Mar

En attendant la suite ...

Publié par Nancy  - Catégories :  #divers voyage

J'ai toujours aimé regarder les gens dans les aéroports ; peut être parce que j'y ai passé un certains nombre d'heures ces 10 dernières années. Enfin pas tant que les commerciaux qui y passent leur vie, avec toujours en tête le prochain rendez vous à venir ou le taxi qui est arrivé à la bourre le matin même. Non, moi je n'ai qu'une chose à faire dans les aéroports : rêvasser...


Et puis il y a aussi les anecdotes qu'on se raconte dans les files d'attente pour faire passer le temps : « small talk » comme dise les américains; j'aime bien cette expression d'ailleurs, ça veut bien dire qu'on parle de « petites » choses sans importance. Vient alors le meilleur moment , l'attente pour passer la PAF et le contrôle sécurité des bagages à main. J'y observe les gens comme un entomologiste ses insectes ... Il y a d'abord cet homme, aux yeux d'un bleu aussi froid que ses converses sont parfaitement blanches, qui semble avoir été parachuté là avec son bermuda à fleurs mal assorti à sa chemise à carreaux. Si j'étais réalisatrice de cinéma, j'en ferai le psychopathe d'un thriller aérien. Puis cette jeune fille, qui essuie discrètement d'un revers de main les larmes qui lui perlent au coin des yeux, et je pense que le jeune auquel elle vient de faire un signe de la main est son jeune amoureux. Mais non, à bien y regarder, c'est peut être son frère puisque deux adultes en âge d'être leurs parents les accompagnent . Ou encore le geste tendre d'une autre jeune femme, une future très belle femme, sur le front de son frère qui reste, alors qu'elle, elle part. Ou encore ce trentenaire qui pianote sur son smartphone avec tant de dextérité, l'écran de côté et faisant sans cesse des zooms sur les pages internet quand moi j'arrive à peine à rédiger un sms sans une faute de frappe à chaque mot ….
Vient enfin le passage du contrôle de sécurité qui ne déçoit jamais quand à la certitude du spectacle observé. Invariablement, malgré des consignes de sécurité identiques depuis plus de 10 ans et quelque soit le pays, on est à peu près sûr de voir :
- au moins 1 agent blasé, fatigué de répéter 150 fois par jours les même consignes : « sortez les ordinateurs des sacs et de leur pochette », « enlevez vos chaussures», « vous avez pensé à votre ceinture et à vos pièces de monnaie ? »
- un pauvre mec, ou une pauvre nana, qui se voit tour à tour demander de retirer chaussures, ceintures, montre, bijoux pour entendre au final, alors que la lumière rouge clignote toujours au portillon, bon c'est pas grave passez quand même » ce qui veut en gros dire qu'ils ne savent pas pourquoi ça clignote mais qu'a priori vous n'avez pas suffisamment une tête de psychopathe pour avoir le droit à la fouille au corps « approfondie» si vous voyez ce que je veux dire … En l' occurence, le pauvre mec, c'est souvent Cyril...
- un galérien qui met trois heures à vider toutes ses poches, à sortir 20 tonnes de matos électronique et qui a besoin de 4 bacs en plastique (j'entre sans conteste dans cette catégorie)
- une femme désespérée qui se bat avec sa poussette pas pratique (ce qui est un pléonasme) et ses trois gamins qui braillent. Dans ce cas de figure, alors que la plupart des mecs, et moi, plissons les yeux et fronçons le sourcil en signe de souffrance auditive, la plupart des nanas sourient tendrement à la vision des diables en couche culottes ou lançent le regard compatissant de celles qui savent ce que c'est …
Cette épreuve de patience et d'abnégation étant achevée, il semble que les passagers, les français en particulier, renoncent à ce stade à toute forme de civisme et de courtoisie envers leurs congénères et décident de se masser autour du comptoir d'embarquement bien avant l'heure dite, telles des abeilles toutes excitées autour de leur ruche . Et quand, finalement le steward ou l'hôtesse annonce le début de l'embarquement en précisant bien les rangs concernés, et les catégories de passagers prioritaires, la quasi totalité des passagers se rue sur les 2 guichets en piétinant au passage les enfants et les personnes âgées (j'exagère à peine) ; Et, là , chaque fois, je me dis que soit les gens n'écoutent rien, soit en bon français ils ne voient pas à quoi bon respecter les règles, soit on va être vachement nombreux entre les rangs 52 et 69 …. Puis j'ai envie de crier « mais bande d'abrutis, pas la peine de se précipiter comme ça, tout le monde va monter dans ce foutu avion ! » , mais évidemment je ne dis rien.
Et comme il faut ENCORE faire la queue à l'entrée de l'avion, je continue à observer machinalement les gens autour de moi, et je réalise comme à chaque fois que le nombre de nanas qui voyagent dans une tenue totalement décalée dépasse l'entendement. Je veux bien que les femmes d'affaires soient tirées à 4 épingles pour être sur le pied de guerre dès leur talon aiguille posé sur le tarmac, mais vu le look de certaines, si c'est professionnel, c'est le genre de métier qu'on ose pas expliquer aux enfants … Bon, je suis un peu médisante j'avoue, mais franchement : passer 11h à tenter de dormir dans un siège avec les jambes repliées , le courant d'air glacial de la clim' mal réglée vous caressant le bas du dos , en jupe courte et talons aiguilles, pour moi ça a un nom : le masochisme.

Bref, le voyage commence toujours bien avant l'arrivée à destination ...

Commenter cet article

Archives

À propos

blog de voyage et de notre vie à la Réunion